Seven ferme ses portes définitivement, Seven Temptation ouvre les siennes ! ICI

Partagez | .
 

 M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Appelez-moi simplement Dieu
Messages : 176
Localisation : Partout
Date d'inscription : 28/11/2013
avatar

Appelez-moi simplement Dieu
MessageSujet: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Dim 8 Déc - 11:46



    Ulric à Jacob8 décembreTrès cher Jacob,Je t'écris depuis le chaudron baveur d'où tu es partis, et où tout a considérablement changé depuis ton départ. En bien comme en mal, ceci étant dit.Je suis allé voir Jane, il y a peu. Sacré bout de femme, si tu veux mon avis. Et je continue à dire que tu n'es qu'un pauvre imbécile. Pour le moment, la situation m'amuse plus qu'autre chose; j'ignore si j'oserais m'en mêler prochainement. Elle n'est pas désespérée, rien n'est impossible, mais il sera difficile de vous faire pardonner, mon ami.Dans le genre "fouteur de merde", tu es déjà champion.Oui, je sais que tu l'aimes, mais tu as une curieuse façon de le montrer. Te défausser quand tout va mal, voilà une chose qui me dépasse.Manque de maturité peut-être; égoïsme, puérilisme, bêtise humaine et j'en passe. Dans ton geste, c'est tout ton mépris du genre humain que tu as réunis dans cette rupture.Mais j'en ai suffisamment parlé, déjà. Jane était la victime. Toi tu fus le bourreau.Sinon, parle-moi de ton voyage aux Etats-Unis, comment se passe-t-il ? Es-tu passé voir les quelques relations que j'y ai amassé dans mes diverses affaires ? J'espère que tu ne ronge pas tes remords dans ton motel miteux. Si je t'es fais partir, c'est pour t'habituer au monde réel dont tu n'avais visiblement pas conscience jusqu'ici.Tu es comme un petit sauvageon que j'aurais recueilli: un Tarzan ayant vécut toute sa vie dans la jungle. A présent, il faut t'adapter à la société; non le contraire. Passera-tu le test ?Je te préviens, cela ne te garantiras pas de ravir de nouveau le coeur de Jane.Mais tu te rendras vite compte qu'elles se ressemblent toutes plus qu'on ne le croit.Si tu as lu un peu de Saint-Exupéry, ce que je te conseille vivement, tu me parleras de ce champs de roses dont les fleurs semblent toutes pareilles. Mais que si tu prends soin d'une en particulier, elle te semblera toute différente.Et il est vrai que ta Jane était sans doute ta rose. Mais tu n'avais pas fais gaffe à ses épines. Et encore moins à sa joli faiblesse.J'ai moi-même ma propre rose. Mais le plus important reste de poursuivre le bonheur. Mon bonheur serait-il aux côtés de cette femme qui a mon affection ? Voilà que j'en doute.Et toi, Jane est-elle ta part de soleil dans ce sinistre lieu que nous appelons la Terre ?Doit-on suivre aveuglément nos désirs en dépit de la raison ? Ma foi, je serais partisan de ceux qui succombe à chacune de leurs passions. Mais je ne suis sans doute pas une référence.Bref, fais moi vite un topo de ton séjour en Californie,Avec toute mon amitié,Hadès



Dernière édition par Ulric Difeable le Dim 8 Déc - 16:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le doudou d'un Lapinou
Messages : 584
Localisation : auprès de lui
Date d'inscription : 28/11/2013
avatar

Le doudou d'un Lapinou
MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Dim 8 Déc - 13:24



Morphée



Le 8 décembre


Mon si cher Prince,

Il est bien rare que je prenne la plume et, encore plus, que je le fasse pour revenir vers toi qui ne m'attends certainement pas. Toi qui me connais mieux que beaucoup, toi qui a su aiguiser en moi les pires des instincts tout en sachant préserver intacte cette sorte de pureté enfantine qui est aussi la mienne... Toi qui a veillé sur moi sans jamais le dire ou le montrer de cette façon trop ostentatoire qui ne te ressemblerait pas... C'est à toi que je veux écrire en premier. Parce que, de tous les hommes qui ont compté pour moi, tu fus le premier. Après lui évidemment...

Tu ne m'as jamais demandé ce qu'était ma vie en dehors de ces activités bien particulières que nous partagions... Et je me suis souvent demandé si c'était parce que cela ne t'intéressait pas ou par respect et pudeur. Tu me pardonneras mon côté rêveur mais, oui, j'ai toujours préféré pencher pour la seconde de ces solutions. Pourtant j'aurais souvent aimé pouvoir partager avec toi bien plus que ce que tu ne semblais le souhaiter. Te parler de moi, de ce qui avait fait de moi cet embryon de monstre sanguinaire que tu as su modelé en quelque chose d'aussi magnifique que terrifiant. Sans toi je pense que je ne serai jamais devenue cette mage noir capable d'ôter des vies avec un raffinement artistique qui n'en rend les choses que plus hideuses encore. Même si, voir dans tes yeux luire de la fierté devant les accomplissements de ton élève, cela me donnait envie de poursuivre, de me dépasser. Pour que tu me regardes et que tu me vois, toi pour qui j'ai parfois l'existence de ne pouvoir jamais exister que comme cela. Je suis ton œuvre ténébreuse tout comme, d'un autre côté, je suis la sienne. Tu es ténèbres et lui est lumière. Et, moi, j'erre entre vos deux univers, incapable de savoir où est réellement ma place.

Il connaît tout de moi, du plus hideux jusqu'au plus lumineux. Lui qui m'a vu grandir à ses côtés depuis que j'ai quatre ans. Celui qui a éveillé en moi les plus folles ou tendres des passions sans même seulement jamais l'accepter, feignant toujours de ne pas le voir ! Si tu savais comme je le hais pour cela ! Ma vie aurait pu être tellement différente s'il ne nous avait pas ainsi laissé jouer à ce jeu de chat et de souris dans lequel j'ai fini par me perdre ! Sans lui, ou devrais-je dire avec lui ? , jamais je n'aurais versé le sang ni ne serais devenu ce monstre que, toi, tu sembles apprécier. Mais, si je n'avais pas fait couler ce sang nous serions nous jamais rencontrés ? Nous savons que non. Il voudrait me voir loin de toute cette vie que toi et les Mangemorts incarnez... Et parfois je le voudrais aussi. Pour lui. Pour moi. Pour ce nous qui n'existe sans doutes même que dans mes rêves.

Mais, si jamais je renonçais à ma vie teintée de carmin, qu'adviendrait-il de nous Morphée ? Je te l'ai dit lors de ce repas au Jules Vernes à Paris... Je te veux dans ma vie. Même si, ce soir là comme toujours, tu ne m'as pas répondu. Me laisserais-tu vraiment m'éloigner ? J'aime à croire que non. Tu me manquerais trop.

Peut-être était-ce la seul but de cette lettre que j'achèverais en ces termes : tu comptes pour moi Morphée. Et, en d'autres circonstances, dans une vie où Alexandre n'aurait pas existé, peut-être aurais-je pu t'aimer... Plus encore, différemment, pleinement...

Ta Princesse,

Faustine.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Appelez-moi simplement Dieu
Messages : 176
Localisation : Partout
Date d'inscription : 28/11/2013
avatar

Appelez-moi simplement Dieu
MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Dim 8 Déc - 16:33

    Ulric à Faustine

    Le soir même du 8 décembre
    Mon petit coeur en sucre,
    Sous ces airs touchants dont tu as su mettre en valeur chacun des mots de ta missive, je ne puis m'empêcher de rester perplexe. Je ne saurais te dire pourquoi.
    Bien sûr, comme toujours, tu arrives à flatter mon ego surdimensionné. Je t'ai formé, avec tout le talent que j'ai pu, et je suis fier de toi. N'hésites plus, ta vie est faites pour le métier de tueur à gage. Si ton coeur appartient à cet Alexandre, ton âme, elle, est soudée à ce métier.

    Nous pourrions cent fois réécrire notre histoire, en supprimant Alexandre, en ajoutant un adjuvant ou une péripétie sans conséquences, il n'en resterait pas moins que je ne serais jamais ton aimé. Et que tu ne serais jamais mienne.
    Il est ridicule d'y penser; c'est une chose qui n'était jamais venue à mon esprit. Mais tu as bel et bien de l'imagination, il faut le reconnaître.
    Tu es mon élève, ma petite soeur, mais jamais l'amour à ton égard n'a franchi la moindre barrière dans mon coeur. Suis-je donc froid, de pierre et sans lumière ? Pour ma part, je me porte bien, merci de le demander.

    Plus sérieusement (car les histoires de coeur ont le don de m'agacer), n'oublie pas que dans deux jours nous irons en Ecosse, à Glasgow, dans un pub miteux (le nom doit être "Au bon buveur", ou un truc dans le genre). C'est là que devrait se trouver le fils du membre du magenmagot que nous devons tuer dans un "accident de balai", le soir à 18 heures.
    Pourrait-on se retrouver le jour même au centre-ville de Glasgow pour mettre en place un plan d'action ?
    J'ai joins un dossier sur notre victime où tu auras plusieurs informations nécessaires (2 ou 3 petites pages, il n'y a pas grand chose) et qui pourraient éventuellement nous aider à attirer cette tête de gland.

    A dans deux jours,
    Morphée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mage neutre
Messages : 71
Localisation : De retour à Londres
Date d'inscription : 04/07/2013
avatar

Mage neutre
MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Dim 8 Déc - 17:56


    Jacob à Ulric

    10 décembre

    Hadès,
    Comme toujours, il faut que je m'attende à tes railleries que tu as usé et réusé à mes dépends depuis notre première rencontre. Mais je ne t'en veux pas. Apparemment, je n'ai plus le droit d'en vouloir à personne avant un certain temps. Ni de me plaindre. Je vais tâcher de m'y conformer, promis.

    Je vais plutôt bien, puisque tu le demande. Mon arrivée aux Etats-Unis ne s'est pas faite sans mal. Et je déteste l'avion, voilà une chose définitive. Je n'ai pas réussit à fermer l'oeil durant la traversée de l'océan et mon esprit s'accaparait de milles et milles pensées inutiles.

    Si tu savais à quel point je m'en veux.

    A l'arrivée, il y avait bien Duke, comme tu me l'avais certifié. Le genre de bonhomme sympathique, avenant, presque la trompette à la main. C'est un joueur de blues, émérite, dans son domaine, et qui m'a fait profiter de son art chaque soir depuis qu'il me loge -non, je ne suis pas dans un motel miteux. Je me découvre une certaine fascination pour le jazz, le blues et les gospels. Connaît-tu la mélodie de "Chloé", d'un certain Ellington ? Cela en vaut le détour, sur un tourne-disque. L'ambiance en semble toute différente, à vrai dire.
    Mais je ne sais pas si c'est indiqué d'écouter du blues lorsque c'est la pluie dans son coeur.

    On sort, la plupart du temps la nuit. Il faudrait que tu vois la Californie nocturne. Elle est assez exceptionnelle.
    On va voir de ses amis.
    Et je comprends pourquoi ils sont tes amis: ils se moquent de moi sans arrêt. Ils boivent aussi sans discontinuer, c'est pourquoi je m'y suis mis, même si je cale assez rapidement. J'ai même appris quelques chansons paillardes. Mais je n'ai pas le coeur à la fête chaque fois. Tu m'engueuleras, tu me diras "Bon Dieu, Jake... Tourne la page !"
    Je n'y arrive pas, Hadès, je n'y arriverais jamais.
    Il est drôle de se sentir tout à la fois bête et triste. Mais ça doit être assez commun, en fin de compte.

    Il y a de ces fois, où je ne voudrais pas quitter la petite bicoque de Duke et en rester là. Ah ! si tu savais comme je peux me trouver avec raison bien las. Bah ! me dis-je, il faut bien y aller, il y aura bien quelques drôles de têtes que je croiserais dans les ruelles. Et puis, subitement, sans que je puisse m'en empêcher, je me met à penser à elle.

    Je me hais à un point que tu ne peux imaginer. Je ne peux plus voir un miroir sans vouloir le briser. Et j'ai perdu le goût d'écrire. J’exècre tout ce que je produit. Plus un mot sous ma plume ne me semble judicieux.

    Parfois, j'ai l'impression que tu m'as expédié au purgatoire, en attendant d'y expier mes fautes. La Californie, n'est en vérité qu'une longue attente improductive. J'ai hâte de revenir, sans trop savoir ce que tu me réserve.

    Pour ce qui est de Jane, tu n'es sérieusement pas obligé de même essayer de l'amadouer ou de la manipuler. C'est mon problème, et il faut que je le règle. Seul. Aussi je te prierais de bien vouloir la laisser tranquille.

    Jacob
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mage neutre
Messages : 71
Localisation : De retour à Londres
Date d'inscription : 04/07/2013
avatar

Mage neutre
MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Ven 30 Mai - 2:22

[list]
A Jane
Et à nos souvenirs oubliés

Chère Jane,
J'ai appris ce matin, par l'intermédiaire d'un ami de Morphée - Chuck - que tu avais réellement tourné la page. Ou plutôt, que tu l'as arraché pour me remplacer convenablement, tandis que j'allais à la poursuite de mes rêves, pour mieux fuir mes cauchemars. J'ai toujours craint que mes rêves ne m'empêchent d'être pleinement à toi ou à n'importe quelle autre pallier de fortune. J'aurais aimé te voir une dernière fois, pouvoir te regarder dans le blanc des yeux et te dire ce que je me sens incapable de confier à une lettre.
Rien ne s'est passé comme je l'avais espéré. Comme nous l'avions espéré.
Je pense te connaître suffisamment pour affirmer sans crainte que tu ne répondras pas à cette lettre - peut-être même que tu ne la liras pas -, que tu oubliera aussitôt l'adresse indiquée à la fin, que tu me voudras différent, six pieds sous terre.

Je sais que tu me hais, et me haïras les jours passant pour cette phrase improbable qui est sortie de ma bouche un certain jour funeste. Que tu croiras que j'ai manqué à mes devoir. Que je n'ai pas eu de courage.

Je t'ai souvent imaginé seule dans ton cinéma, convaincue que je t'avais trahi. J'ai bien des fois essayé de prendre ma plume pour t'écrire et c'est seulement maintenant que j'y arrive. Et Morphée m'a dit que tu ne voulais plus rien savoir de moi. Quels mensonges t'es-tu raconté ? Que t'es-tu dis à mon sujet ? Pourquoi t'es-tu crues ?

Maintenant je sais que je t'ai perdu, que j'ai tout perdu. Et même ainsi, je ne peux admettre que tu t'en ailles pour toujours de ton côté; moi du mien, et que tu m'oublies, sans que tu saches que je m'en veux, que je le savais depuis le début, que je savais que je te perdrais et que tu ne verrais jamais en moi ce que je voyais en toi. Je veux que tu saches que je t'ai aimé à partir du moment où je t'ai serré contre moi, sous la pluie - ainsi, tout a commencé et fini sous une averse, n'est-ce pas romanesque ? -, je t'ai aimé depuis ce premier jour béni et je continue de t'aimer, plus que jamais, que cela te plaise ou non.

Je ne désire rien d'autre en ce monde que te savoir heureuse, Jane, que tout ce à quoi tu aspire devienne réalité et que, même si tu m'oublies avec le temps, tu puisses comprendre un jour combien je t'ai aimé,
Pour toujours,
Jacob
PS: Sur cette note mélodramatique, je te propose de nous voir au chaudron baveur, seuls au monde, demain à seize heures, tout en sachant que tu me refuseras cette ultime chance de m'excuser, de me racheter et de t'aimer sans honte.[list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Messages : 80
Localisation : Ici et là !
Date d'inscription : 26/09/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob Jeu 18 Déc - 9:40




Dans la boîte aux lettres d’Ulric, cette petite annonce est entourée au feutre rouge, sur une coupure de presse :

Petite dingue recherche Morphée, cette légende vivante, pour qu’il lui apprenne son art ou au moins, pour qu’il lui donne quelques tuyaux. – Contact BP 56383, Poste Centrale, Soho.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob

Revenir en haut Aller en bas
 

M - Extraits des correspondances Morphée/Jacob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» Newark post (la coupe a jacob josefson)
» Jacob le karateka
» Extraits de livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϟ Le Coin des Personnages :: Mes amis, mes amours, mes emmerdes :: Votre Correspondance-