Seven ferme ses portes définitivement, Seven Temptation ouvre les siennes ! ICI

Partagez | .
 

 M - Les hiboux et courriers d'un doudou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le doudou d'un Lapinou
Messages : 584
Localisation : auprès de lui
Date d'inscription : 28/11/2013
avatar

Le doudou d'un Lapinou
MessageSujet: M - Les hiboux et courriers d'un doudou Dim 8 Déc - 13:29

UC

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: M - Les hiboux et courriers d'un doudou Dim 8 Déc - 18:33


FAUSTINE







Poudlard, le 8 décembre 2000

Ma chère Faustine,

Tu semble avoir décidé de mettre les choses à plats en faisant remonter le passé, soit.

Bien sûr que j’ai toujours su pour Alexandre mais j’avais l’espoir de réussir à te le faire oublier, a passer avant lui dans ton cœur et dans ton esprit, je me leurrais moi-même. Aveuglé par mon amour pour toi, m’accrochant à cet espoir avec la force du désespoir, n’osant jamais aborder le sujet par peur de ta réponse, par peur que tu me confirme que jamais je ne pourrais l’égaler. Peut-être est-ce pour cela que je me suis montré si pressant pour te faire rencontrer les miens. Peut-être espérai-je quand accélérant les choses, tu deviendrais alors mienne. Mais je suis conscient maintenant que même si tu étais devenue Madame Rookwood, ton cœur ne m’aurait jamais appartenu. Pas autant du moins que le mien t’appartenais.

Il est vrai que ton départ m’a anéanti, je ne m’en cache pas. Je vous ai détesté Alexandre et toi, m’imaginant n’avoir été qu’un pion dans votre étrange histoire sentimentale. Je sais maintenant que ce n’était que la douleur et la jalousie qui parlait pour moi. Les années ont passées et, avec elles, mon amertume à votre encontre. Je sais maintenant qu’il y a des choses contre lesquelles, même si on le veut plus que tout, on ne peut pas lutter et mon seul regret aura été que ce ne soit pas lui que tu ais prise pour époux.

Ne t’inquiète pas pour ma relation avec Samara.  Elle est allée beaucoup trop loin ce soir-là mais, malgré la colère, nous restons liés. Je ne lui pardonne toutefois pas ses actes à ton encontre et elle le sait. Samara doit apprendre à gérer ses humeurs et sa rancœur et je crains d’être incapable de le lui enseigner. Je ne cautionne pas non plus les agissements d’Alexandre à ton égard, Il a la chance de pouvoir vivre avec toi ce dont j’avais si ardemment rêvé mais est incapable d’en saisir l’opportunité et cela m’agace, je l’admets mais je veillerai sur lui si tel est ton souhait. Malgré notre passé houleux, Alexandre, je le pense sincèrement, reste toujours un ami d’une certaine manière.

Je souhaiterais trouver les mots pour te retenir, pour t’empêcher de t’en aller mais j’ai été incapable de les trouver il y a de cela 6 ans alors je ne pense pas être capable de les trouver à présent. Je te connais, je sais que ta décision est prise. Ainsi, il ne me reste qu’a espérer qu’avec le recule, tu prennes la décision de nous revenir. J’attendrai ainsi ton retour et t’accueillerai à nouveau en ami.

Surtout prend grand soin de toi et n’hésite pas à me contacter en cas de besoin comme pour simplement me donner de tes nouvelles.

Avec toute mon affection

Raziel




Revenir en haut Aller en bas
PNJ/MJ
Messages : 74
Date d'inscription : 31/08/2013
avatar

PNJ/MJ
MessageSujet: Re: M - Les hiboux et courriers d'un doudou Sam 4 Oct - 0:17


10 septembre 2001
Hibou reçu à ton retour de l'aéroport


FEAT Auteur anonyme


Rien qu'une photo... Celle prise lors de ce mariage où nul n'avait pourtant été convié... Et un simple bout de papier où était griffonnée l'adresse d'un palace new-yorkais avec une clé magnétique.  


Ton Lapinou a sans nul doute du t'arracher les pires des promesses, exigeant de toi que tu demeures cloîtrée dans cet adorable petit cottage qui est le tien. Et, en bonne épouse attentionnée et aimante tu lui obéiras, n'est-ce pas ?

Je parie que non ! Du moins si tu entends sauver la vie de celui que tu prétends aimer plus que toi-même ! Alexandre donnerait sa vie et celle des autres pour toi. Mais, toi, en serais-tu capable ?

A très bientôt ma si chère et si vieille amie !


Surveille bien ta fiche de RPs, bientôt tu recevras le lien menant à ton destin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Messages : 212
Localisation : DTC
Date d'inscription : 25/03/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: Re: M - Les hiboux et courriers d'un doudou Mar 18 Nov - 15:29



septembre 2001
Message laissé sur boîte vocale
11:00 P.M.


FEAT Rhys
Salut Faustine, c’est ton voisin le baby-sitter pour serpent ! Dans le contrat t’avais pas mentionné le fait que je risquais de tomber sur une délinquante en train de retourner ton appart et de le taguer dans tous les coins avec des trucs qui ressemblent à ces machins sataniques à la con, qu’aiment tellement les ados… Bref ! Elle veut te voir. Pense à rappliquer pour vérifier si je suis toujours vivant, quand t’auras fini de t’envoyer en l’air avec ton nouveau mari. J’t’embrasse… Très chastement, promis, monsieur le mari jaloux. Bye !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Appelez-moi simplement Dieu
Messages : 176
Localisation : Partout
Date d'inscription : 28/11/2013
avatar

Appelez-moi simplement Dieu
MessageSujet: Re: M - Les hiboux et courriers d'un doudou Dim 14 Déc - 20:46

Lettre cachetée sous le nom et l'adresse de Jacob O'Connor

Et quoi ? ma belle amie, vous croyiez pouvoir vous débarrasser de moi si facilement ? En vérité, vous n'avez perdu que le tutoiement au profit des marques de mon respect le plus éclatant pour la noble dame que vous fûtes, que du reste vous pourriez être encore.

Ma foi, je reconnais volontiers mes torts, c'est-à-dire de vous en avoir voulu ces derniers mois. Aussi c'est à genoux que je vous demande pardon puisque, enfin, la rancœur que j'avais fut consumée par des sentiments d'amitiés que j'éprouvais jadis, que j'éprouve d'ailleurs toujours.

Cependant, il faut tout de même admettre que vous n'êtes pas en reste non plus pour ce qu'il en est des torts, ma terrible Faustine. Car fallait-il que vous laissiez ce goujat vous dicter votre conduite ? Que de redoutable tueuse vous en soyez réduite à douce mère, je le conçois bien. Mais que vous, femme fatale, meurtrière vénale vous laissiez le moindre passant venu, tout mari fût-il, vous ordonner qui doit ou qui ne doit pas être sur vos tablettes, voilà qui sidère mon esprit vieillissant.

Allons, je vous juge bien mal, car le nom de votre époux vous sied comme je l'avais prévu. Je vous reprocherais simplement d'accorder trop d'importance au rapin qui envahi votre lit chaque nuit. Allons, mon ardente amie, émancipez-vous ! N'avez-vous donc aucune fierté ? aucun honneur tapi dans votre cœur ? Vous me faites peine, en vérité, et je vous ai tout pardonné, la larme à l’œil car je suis un grand émotif comme vous le savez.

Assurément, je voudrais accorder du crédit à monsieur, et vous reconnaîtrez tout de même que je me suis montré bon seigneur, en dépit de la manière dont j'ai été jeté de votre vie comme un sac de viande avarié. De même, vous admettrez que malgré mes sentiments, je pensais naïvement que monsieur de Habsbourg - puisqu'il faut le nommer - vous comblerait de bonheur tout en m'acceptant comme un ami, à défaut d'un frère. Mais point du tout ! ce moraliste chercha la raison de notre curieuse union et jugea qu'il fallait la rompre. Ma douleur en fut vive alors qu'elle s'était apaisée à peine dans la matinée où je purgeais ma tristesse depuis une semaine cloîtré dans mon palais jusqu'à mon âme.

Certes, j'ai tout lieu de croire qu'il vous rende heureuse, et c'est là l'essentiel, ma tendre camarade. Mais vous jugerez tout de même que j'ai bien agi en écrivant sur l'enveloppe le nom d'un ami que vous connaissez au moins de nom je l'espère. Car, après tout, que vous acceptiez le joug d'un mari aux idées patriarcales et poussiéreuses, pourquoi pas ? mais il fallait bien que je vous écrive.

D'une part, je me dois de régler le compte de quelques malandrins qui ont gâchés à jamais la vie de ma fille, et d'autre part, je songe à la retraite avec plus d'aplomb que lors de notre dernière rencontre. Quel rapport ? me demanderez-vous d'une voix plaintive. Eh ! bien, je ne puis concevoir la fin de Morphée sur une vilaine vengeance, sans éclat ni gloire. Sans doute vous souvenez-vous de mon projet de voler la banque sorcière ? Alors, vous saurez qu'il tient toujours et que je vous veux à mes côtés ce jour-là, en gage de l'effacement de nos différends.

Amicalement vôtre,
M.

PS: Le projet n'a pas encore de date fixée, naturellement, mais je compte bien vous prévenir le moment où j'aurais coché une case de mon calendrier. Par ailleurs, si vous consentez à répondre, vous pourrez l'envoyer au nom et à l'adresse de l'enveloppe, car mon elfe de maison vous déteste et déchirerais votre lettre si elle tombais dans ses mains malpropres. Si d'aventure monsieur votre mari feuilletait jalousement votre courrier, je lui adresse mon salut le plus sincère et le plus respectueux et je lui souhaite tous mes vœux de bonheur. Ce méchant peintre a sans doute une petite cervelle en comparaison de son ego, mais c'est d'autant plus touchant de candeur, je vous assure.

[HJ: J'avoue, j'ai craqué xD mais j'ai relu Les liaisons dangereuses alors... Razz Naturellement, on peut supprimer la lettre, mais je me sentais tout à coup inspiré ^^]

_________________

"En ces temps sombres,
heureux sont les esprits fêlés
car ils laissent passer la lumière."
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: M - Les hiboux et courriers d'un doudou

Revenir en haut Aller en bas
 

M - Les hiboux et courriers d'un doudou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» questions à Doudou Dienne
» Registre des courriers envoyés
» Zayn Malik | Frère, protecteur, doudou
» "Les hiboux de Jo Benett"
» Les chouettes et hiboux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϟ Le Coin des Personnages :: Mes amis, mes amours, mes emmerdes :: Votre Correspondance-