Seven ferme ses portes définitivement, Seven Temptation ouvre les siennes ! ICI

Partagez | .
 

 M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moldu
Messages : 20
Localisation : En chasse
Date d'inscription : 16/06/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 9:22




Lady O'



Who Am I ?DEAL WITH MY MOOD



La réception battait son plein et un mince sourire vint affleurer aux lèvres de celle qui régnait en maîtresse absolue sur ce monde qu'elle considérait aussi bien comme son terrain de jeu de prédilection et sa cour. Des courtisans ou des pions, voilà ce qu'ils étaient tous ! A commencer par ce Lord au bras duquel elle se pendait, feignant un amour incommensurable. Son mari ? Pour la loi, un dieu auquel elle ne croyait pas même et pour les hommes peut-être mais, entre eux, les choses étaient très claires. Leur union en apparences si parfaite n'était que le fruit de tractations où chacun avait su trouver, au fil du temps, son parti et bien des avantages. Car celle que l'on nommait Lady O' ne laissait jamais rien au hasard. Sa vie, elle avait décidé enfant qu'elle en ferait le plus horrifique des contes et elle se tenait toujours à ces objectifs qu'elle se fixait et ne manquait jamais de réaliser. Ce que celle qui jadis avait été une enfant presque charmante que l'on appelait avec tendresse Stephenie avait grandi, rongée par l'ambition et la perversion et, mue par une volonté d'airain et une absence totale de morale ou de limites, elle avait fini par atteindre ce statut de femme du monde, respectée et adulée. Parce qu'elle était aimée ? Non. Lady O' ne cherchait pas l'amour. Parce qu'on la craignait ? Oui, et cela la faisait frémir de pur plaisir. L'amour est une faiblesse qui finit par vous perdre. La peur, elle, engendre le respect et amène au pouvoir absolu et enivrant. Et le pouvoir, ça, Lady O' adore. Elle ne vit que pour cela.

Ils étaient tous venus à cette réception donnée pour célébrer sa dernière œuvre de charité. Qu'était-ce déjà ? Une quelconque association pour protéger cette enfance malheureuse qu'elle faisait si bien mine de défendre quand bien même elle n'aimait rien qu'à la pervertir, à la souiller et à la détruire encore et encore ! Les enfants ? Rien que des choses braillardes et pleurnichardes qu'elle exécrait de toutes ses forces ! Sa propre progéniture, celle qu'elle avait fini par avoir parce que son mari la lui réclamait à corps et à cri, elle l'avait éloignée dès qu'elle l'avait pu. L'envoyant se perdre entre les murs d'un pensionnat de bonne famille. Loin des yeux et encore plus loin de ce cœur qui, chez Lady O'Brian, était en acier. Rien ne l'atteignait, rien ne la touchait et rien ne pouvait jamais lui tirer la moindre once de compassion. Pas même la chair de sa chair. Certaines personnes font le bien par charité ou pour assurer la sauvegarde de leur âme. Elle, juste pour prétendre en avoir une d'âme ! Quoique, lorsqu'elle se posait la question, elle se réjouissait de découvrir n'en avoir aucune ! Les âmes suggèrent une conscience qui elle-même renvoie à des notions de bien et de mal, à de possibles regrets qu'elle ne souffrirait pas même d'éprouver. Les seules lois qui importent sont les siennes ! Et la morale et ses adeptes peuvent bien aller s'immoler ou se flageller au paradis ou en enfer elle n'en aura jamais cure ! Sa vie c'est sur Terre qu'elle se passe et c'est de l'enfer des autres que Lady O' forge son paradis. De leurs larmes, de leur sueur, elle fait les briques de son palais de cruauté. De leurs peurs et leurs doutes elle se nourrit. Et de leur malheur elle se repait. Un monstre, elle ? Evidemment ! Elle y a travaillé avec application et obstination ! On ne naît pas monstrueux. On ne le devient pas non plus par hasard. Mais parce qu'on le désire ardemment ! Et, elle, le voulait plus que tout. Si le monde est une jungle alors elle en sera la reine ! Quitte à sacrifier tout et tous le monde sur le bûcher de sa vaniteuse mégalomanie !
Des éclats de voix qui proviennent du salon et s'élèvent, venant résonner tristement dans les murs de ce luxueux manoir où une nourrice tente d'apaiser une peur qui n'existe pas même chez cette toute petite fille qui entend ses parents se déchirer une fois de plus. La nourrice la serre dans ses bras, tentant de la bercer de mots rassurants. Mais la petite n'écoute pas, son regard focalisé sur cette porte qui la sépare de ses géniteurs et qu'elle rêve d'ouvrir. N'y tenant pas longtemps elle repousse violemment la domestique et s'enfuit vers cette porte qu'elle pousse violemment. Derrière elle les cris de la bonne qui ouvre grand la bouche et écarquille les yeux. Stephenie, elle, ne bouge pas ni même ne cille. Elle regarde un instant la silhouette au sol et amochée de sa mère avant de darder de ses prunelles sombres l'homme qui soutient le regard de son enfant la main toujours levée et prête à de nouveau s'abattre sur son épouse. Sans mots dire, l'enfant recule et ferme la porte. Elle se retourne vers sa nourrice et, de sa voix haut perchée d'enfant dit :

Maman est tombée et elle a besoin du médecin.Allez le chercher Maddy s'il-vous-plaît.


Un mensonge, oui. Pieux ? Non. Car la petite fille se fichait pas mal de protéger ce père qu'elle méprisait au plus haut point pour ainsi oser s'en prendre à plus faible que lui. Stephenie maudissait intérieurement son père et elle se jura que, si elle le sauvait aujourd'hui, demain elle lui ferait payer. Quant à sa mère... Cette femme faible et pleurnicharde ne lui inspirait ni pitié ni compassion. Elle méritait son sort puisqu'elle se montrait incapable de se défendre ! Elle aussi payerait ! Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui le médecin de famille viendrait, encore une fois, et comme toujours toute la maisonnée, famille et domestiques compris, jouerait la comédie. Une triste chute dans la salle de bains. Ah non on avait déjà dit cela la dernière fois. L'escalier menant à la cave à vin ? Mieux en effet. Le médecin feraiit semblant d'y croire et soignerait la chatelaine. Il serait payé grassement et se tairait et le secret de cette famille de nobles serait, comme toujours, gardé. Et voilà bien tout ce qui importait aux yeux de l'héritière. Seuls comptaient déjà l'apparence, la réputation et le statut. Le reste ? Tout le reste pouvait s'arranger. Stephenie n'avait pas encore douze ans mais, déjà, sa vision du monde était bien affirmée. Et bien sombre.

~***~

Ils étaient tous venus, vêtus de noir et affichant les plus graves des mines. Ils murmuraient tous ces prières auxquelles nul ne croyait pourtant vraiment. Et ils versaient des larmes de crocodile sur cet homme qu'on mettait en terre tout en louant ses mérites et en vantant la façon si admirable qu'il avait eu de prendre soin et d'aimer sa famille. Même sa mère pleurait et Stephenie devait se faire violence pour ne pas lui en coller une retentissante ! Cet homme l'avait battue, humiliée et elle le pleurait ? A moins que ce ne soit la façon dont il avait si tragiquement péri qu'elle pleurait à chaudes larmes dégueulasses ? Pour la police il s'agissait d'un cambriolage qui avait mal tourné. Mais sa mère et elle savaient. Ce type, leur mari et père, était mort comme il avait vécu : dans le mensonge et la violence ! Et Stephenie ne verserait pas la moindre larme sur cet homme auquel elle avait asséné le coup fatal. Avec un tisonnier comme dans le pire des navets policiers qui soit !

La police était venue après qu'elle les ait appelés, en pleurs et feignant si bien l'affolement. Elle venait de rentrer d'un dîner en ville avec ses amis tous si bien nés et avait trouvé sa mère inconsciente au sol et son père, terriblement blessé. Son pouls ne battait plus. Elle avait besoin d'aide ! Ils avaient accouru dans la maison du Lord et avait pris les choses en mains. Elle et sa mère avaient bien évidemment été interrogées mais cela n'avait mené à rien. Trop traumatisées pour pouvoir donner une description cohérente et précise de ce cambrioleur devenu assassin, l'enquête s'était vite engluée dans un marasme que Stephenie et son fiancé, le fils de Lord O'Brian, avaient pris grand soin d'enterrer plus encore. Ils étaient l'un des couples les plus fortunés et les plus en vue du Royaume, allaient souvent au palais royal et étaient de toutes les coteries … On ne fourrait pas son nez dans les affaires de ces gens là aussi mauvais cela pouvait-il sentir ! Des soupçons il y en avait bien évidemment eus mais jamais nul n'avait osé parlé. Celle qui quelques semaines plus tard deviendrait officiellement Lady O'Brian effleurait du bout des doigts le pouvoir et, déjà, on pliait devant elle ! Et cela ne faisait que commencer ! Et elle avait tout juste vingt-deux ans !

~***~


La vie suivait son cours paisible et Stephenie O'Brian n'était plus que ce patronyme marqué sur son passeport et autres papiers officiels. Pour le monde entier elle était dorénavant devenue Lady O'Brian, cette femme de fer au caractère ausis mabigu que possible mais à qui l'on pardonnait tout à cause de son patronyme et de ces œuvres dont elle s'occupait avec tant et tant d'enthousiasme que cela ne pouvait que forcer l'admiration. Il n'y avait qu'à regarder ces enfants qu'elle recueillait et dont elle s'occupait, en faisant des héritiers pour son époux et elle. Ils auraient tellement désiré avoir une descendance mais visiblement cela devait demeurer un rêve. Alors, plutôt que de renoncer, ils avaient décidé d'offrir à des adolescents, trop vieux pour plaire à des parents adoptants, une chance inouïe. Elle les choisissait, les adoptait et leur offrait une vie de rêve faite de voitures hors d eprix, des meilleures universités possible et avec des cartes de crédit plein leur portefeuille. Une vie de rêve, n'est-ce pas ?

Sur le papier du moins car, dans la réalité, les choses étaient toutes autres. Et ce que vivaient ces adolescents était bien plus proche de l'enfer que du paradis qu'elle leur avait promis lorsqu'elle était venue les chercher dans leur orphelinat. Elle les choisissait jeunes et beaux. Elle les choisissait fragiles et aisément manipulables. Et, surtout, plein de cette vigueur qu'elle venait leur arracher chaque fois qu'elle se glissait dans leurs chambres pour mieux assouvir ces plus débridées pulsions. Ses mains diaphanes erraient sur leurs coprs musclés et se repaissaient de chacun de leurs charmes. Ils résistaient tous au début, menaçaient de fuir ou de la dénoncer. Mais ils finissaient tous par renoncer, bien trop contents de ce confort et de cette opulence dans lesquels elle les faisait baigner pour mieux acheter leur silence. Et, eux, trop faibles ou trop corruptibles, se taisaient. Mieux valait être un jouet sexuel aux mains d'une femme perverse et cruelle qu'un gosse des rues pauvre et sans avenir. Cela passerait. Il suffisait d'attendre le moment où, enfin, ils pourraient partir !

Des adorables petits agneaux qu'elle prenait plaisir à souiller sans jamais rien avoir à craindre d'eux. Et elle entendait bien que cela perdure. Toute auréolée de son assurance, elle avait jeté son dévolu sur un autre gamin. Quinze ans, beau comme un dieu et orphelin. Fort caractère aussi, c'est ce qui lui plut chez Rhys. Elle se battit bec et ongles pour l'adopter et, grâce au soutien inconditionnel et aveugle de son époux, elle y parvint évidemment. Sauf que ce fut ce même caractère qui aurait pu causer sa perte. Ce sale môme au corps d'éphèbe avait fini par lui céder et, elle, évidemment, ne s'en était pas privée, se délectant de son corps juvénile et puissant. Mais il l'avait piégée. Il les avait filmés pendants ces ébats qu'elle lui arrachait et il jurait de la faire arrêter et emprisonner si jamais elle osait à nouveau le toucher. Lady O' n'avait rien dit et consenti à lui rendre sa liberté tout en continuant à la financer. Mais qu'il ne se leurre pas ! Cela ne serait pas oublié ni encore moins pardonné ! Et quoiqu'il advienne lui et elle demeureraient en comptes jusqu'à ce qu'elle ait réussi à lui faire payer ! Et la note serait salée !

~***~

Elle avait bien retenue la leçon et compris qu'il lui faudrait désormais faire preuve de plus de prudence encore ! Lorsque ce petit imbécile prétentieux de Rhys Corrigan avait entendu la faire plier elle avait cédé, révélant là une faiblesse et une faille qui lui faisaient horreur ! Et l'envie de le lui faire payer n'avait cessé de la tarauder depuis. Oh bien sur elle aurait pu, et avait voulu, s'en occuper de suite mais un fâcheux et bien malencontreux incident l'en avait empêchée. Elle était enceinte. Et bien que l'envie d'avorter, de se débarrasser de cette saleté d'embryon qui grandissait en son corps l'avait plus qu'effleurée son mari avait su lui imposer sa volonté. Ou elle gardait l'enfant ou s'en serait fini de son aveuglement et de sa protection !! Stephenie était prise au piège et, une fois de plus, elle dut se soumettre aux envies d'un homme. Elle conserva donc l'enfant et, quelques mois plus tard, une petite fille naquit. Son mari la prénomma Selene, elle, s'en fichait éperdument. Pas une fois elel n'eut de geste tendre envers son enfant et, dès qu'elle le put, elle la confia aux soins d'une nourrice. Elle haïssait cette enfant qui, avec le temps, deviendrait peut-être plus belle qu'elle. Et la renverrait indubitablement à sa propre déchéance et vieillesse ! Jamais Lady O' ne tolérerait cela !

Mais, pour cela, elle avait encore un peu de temps et tellement de choses bien plus intéressantes à faire ! Elle avait retenu la leçon infligée par Rhys et, dorénavant, avait décidé de redoubler de prudence. Et de cruauté tout comme de perversité. Et une idée monstrueuse était née en son esprit dérangé. Puisqu'elle aimait à se détendre dans les bras de si jeunes hommes elle ne devait pas être la seule et, en effet, parmi ses prétendues amies nombreuses furent celles qui se laissèrent tenter. Dire que c'est ainsi que débuta son petit commerce, sa petite entreprise malsaine et illicite ? En effet. De femme mondaine, oisive et charitable, Lady O' prit enfin son envol devenant une redoutable maquerelle qui n'adoptait et n'accueillait plus des adolescents que pour mieux vendre leurs charmes à ces femmes richissimes mais en manque d'amour et de tendresse. Et, cette fois, pas question que la moindre rebéllion n'ait lieu ! Un service de sécurité composé de barbouizes fut recruté et grassement payé, son carnet d'adresses fut mis à contribution et ses plus hauts appuis sollicités pour masquer et protéger ses hideuses affaires. Faisait-elle cela pour l'argent elle qui n'en manquait pas le moins du monde ? Non. Par jeu et par perversité ? Assurément ! Et les mois et les années passèrent faisant prospérer son immonde commerce. Lady O' était devenue un monstre, celui qu'elle avait toujours rêvé de devenir et rien ni personne ne pourrait plus jamais la stopper, elle en était persuadée !  Mais l'ennui guettait et déjà il lui fallait trouver autre chose pour pimenter sa sulfureuse existence.

~***~

Qui a dit que les gens de la haute société ne fréquentent que des êtres policés et respectueux des lois et des mœurs ? L'argent et le pouvoir amènent toujours à la débauche ! Et elle en était la plus parfaite des incarnations ! Son commerce marchait très bien et elle avait même du commencer à se diversifier, les époux de ses amies réclamant eux aussi de quoi s'amuser. En échange, plutôt que de l'argent, elle demandait leur protection, leur silence et quelques menus services qu'ils s'empressaient évidemment de lui accorder. La cair est faible mais dieu qu'elle est rentable pour qui sait s'en servir ! Aujourd'hui Lady O' était devenue une véritable icône du monde philanthropique qui ne cessait d'adopter et de faire le bonheur de petits orphelins et de petites orphelines aussi. Ce fut l'une d'elle qui lui dévoila bien involontairement l'existence de la magie. Elle s'appelait Charlotte et était plus que réfractaire et rétive. Quelque chose en elle n'était pas sans rappeler à Lady O' son seul échec, Rhys. D'ailleurs ils venaient l'un et l'autre de ce misérable orphelinat qu'elle aurait volontiers fait fermer s'il n'avait pas été un si bon vivier de gosses !


Charlotte avait pas encore tout à fait neuf ans quand ses pouvoirs se manifestèrent pour la première fois et dans les pires des circonstances. La petite fille avait découvert le véritable visage de sa mère et, effrayée, avait vu ses pouvoirs surgir. Et Lady O', elle, avait découvert la magie. S'arrangeant pour faire enfermer Charlotte à l'asile après qu'elle eut tenté de sauver un de ses petits frères, la maquerelle avait alors commencé son enquête. Et ce qu'elle avait découvert l'avait surprise mais réjouie. Un monde parrallèle où vivraient sorciers et sorcières ? Magnifique... Des êtres dotés de tels pouvoirs auraient pu lui paraître attrayants mais la vision de Charlotte et ce qu'elle avait bien failli lui faire alors qu'elle n'était qu'une enfant l'avait plus que refroidie ! Et au lieu de l'intérêt ce fut de la haine qui naquit en son sein furibond. Les socrciers étaient dangereux et ils méritaient d'être surveillés afin de mieux être éradiqués évidemment . Ce qui ne pouvait être corrompu ou acheté devait être éradiqué ! Simple !

Ce fut sans doutes cela qui lui valut, il y a tout juste deux ans, d'être contacté par ces extrémistes qui entendaient bien laver le monde de la magie. Ils se faisaient appeler les Sons of Armageddon et étaient déjà connus des services de police qui les prenaient encore pour des guignols. Mais pas elle. Lady O' les finança et adhéra en partie à leur cause. Disons qu'elle l'adapta à son cas et qu'elle se servait de son trafic d'enfants pour mieux éradiquer le mal à la source. Tuer des enfants sorciers c'était les empêcher de se reproduire, non ? Et quel plaisir que de les voir crever ! Un jour Charlotte aussi payerait ! Tout comme ce chez Rhys qui, quel heureux hasard, devait bientôt revenir dans le paysage de sa vie. Ou dans la jolie toile qu'elle avait tissé à son intention. Rhys pensait pouvoir la convaincre de renoncer à battre Charlotte ? Elle allait lui donner une leçon qu'il n'oublierait pas de si tôt ! Rhys était fort mais comme tout être humain normalement constitué il avait des faiblesses. Et l'une d'elles venait justement d'arriver pour ce rendez-vous que Lady O' lui avait arraché. Lady O' se leva et alla accueillir la reporter. Jeune, belle et sorcière ? Tout pour plaire à Rhys. Et tout pour lui déplaire à elle !

L'histoire ne fait que commencer !




PRENOM OU SURNOM ~ Whispy, Ma douce, Frangine et évidemment Chouchounette ÂGE ~ Majeure ça ne se voit pas ? AVEZ VOUS SIGNE LE REGLEMENT ? ~ Si senores y senoras Razz COMMENT AS TU CONNU LE FORUM ?   ~ My baby COMMENT LE TROUVES TU ? ~ Presque parfait mais vivement la V4 UNE DECLARATION A FAIRE ? ~ Je suis folle mais c'est de votre faute



NOM ~ O'Brian ici PRÉNOM(S) ~ Stephenie ÂGE ~ 48 ans STATUT ~ mariée à un pantin crétin PROFESSION ~ Officiellement mondaine oisive mais aime à jouer les maquerelles et elle est douée à ce jeu AVATAR ~ Madeleine Stowe

HERE IS MY STORYBEHIND THE MIRROR


Dernière édition par Stephenie O'Brian le Mar 17 Juin - 12:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Messages : 157
Localisation : Dans une dimension parallèle... Et c'est pas un gag !
Date d'inscription : 11/06/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 9:38


Bienvenue Lady O la vilaine   

Je suis sûr que nous allons très bien nous entendre Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Messages : 20
Localisation : En chasse
Date d'inscription : 16/06/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 9:51

Merci et qui sait cela se pourrait vilain Monsieur
(Et merci Chouchounet )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
Messages : 488
Date d'inscription : 29/06/2013
avatar

Serdaigle
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 11:18

Rebienvenue ma belle :D ! Quel joli vava et quel intéressant personnage, j'ai hâte de le voir en action ^^.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 11:27

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Moldu
Messages : 20
Localisation : En chasse
Date d'inscription : 16/06/2014
avatar

Moldu
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 11:33

Merci à vous deux

Kiki tu m'intéresses va falloir qu 'on cause quand j'aurais fini ma Lady O' adore les gosses de ton âge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
Messages : 488
Date d'inscription : 29/06/2013
avatar

Serdaigle
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 12:41

Owiiii, causons, causons :D

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady BANG BANG
Messages : 81
Localisation : I shot the sherif but I didn't shoot the deputy ... suis gentille hein ^^
Date d'inscription : 07/06/2014
avatar

Lady BANG BANG
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 12:58

On devait bien faire de toi un homme non ?
Par contre si t'as lu ma fiche tu sais à quel point ma Lady O' porte les sorciers dans son cœur donc à toi de voir jusqu'où va ton côté pas masochiste

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ/MJ
Messages : 452
Date d'inscription : 18/05/2013
avatar

PNJ/MJ
MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE] Mar 17 Juin - 14:56


Ils sont vraiment tous plus charmants les uns que les autres, nos nouveaux moldus ! Mais ils devraient se montrer de redoutables adversaires, pour des Mages Noirs qui n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent, en ce moment...

Gare à vos miches, pour une fois, Lady O' ! C'est avec plaisir et une certaine impatience de vous les voir bottées, que je vous valide ^^

(et à part ça, rien à redire, fiche parfaite exactement comment je la voyais, la vilaine   )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE]

Revenir en haut Aller en bas
 

M - Lady O' pour des histoires d'O pas très catholiques [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour toujours, c'est un temps très, très long, et le temps a une façon bien à lui de changer les choses...
» M - Vivre vite et fort pour oublier que la vie ça craint ! [FINIE]
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» Histoires cochonnes ..(pour lecteur averti)
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϟ Le Coin des Personnages :: Présentation des personnages :: Présentations Validées-